« Chéri, j’ai envoyé un mp à Burger King et y a plus de Whopper ! »

Vous connaissiez le test de Turing où c’est l’ordinateur qui était mis à l’épreuve, et si celui-ci était reconnu en tant que tel par son interlocuteur humain alors c’est qu’il avait échoué au test. Beaucoup ont tenté de passer ce test sans trop de succès tel que Cleverbot tandis que d’autre tel que le dénommé Eugene Goostman l’ont réussis. Ils sont appelé des chatbots, ils étaient jusqu’alors peu à avoir berné les humains et utilisaient l’Intelligence Artificielle à des fins uniquement scientifiques.

Cette dernière a poursuivi son petit bonhomme de chemin à travers smartphone, montres connectées, domotique et j’en passe. Si bien qu’on oublierait presque jusqu’à son existence.Et à ça ce sont intégrées les applications de toutes sortes.

Il y a quelques années, la tendance a été aux « invisible app »: façon d’interagir avec un service en utilisant les canaux de communication existant.

invisible

En effet, les chatbots utilisés par WeChat en Asie depuis 2012, sont désormais le nouveau cheval de bataille des applications de messagerie instantanée. Celles-ci, telle que  Messenger, proposent de discuter avec ses utilisateurs et de leur proposer des services adaptés directement depuis cette application. Parce que bon, télécharger l’application de chaque marque avec laquelle on souhaite interagir c’est fatigant et ça prend de la place sur notre smartphone, alors vive le chatbot.

L’avantage du bot, il est personnalisable et adaptable à l’identité de la marque utilisatrice. Aussi, il apprend en continu. Si une intervention humaine est nécessaire lors d’une question spécifique, celui-ci mémorise la manière de répondre à cette requête.

Pour les entreprises c’est tout bénef :

entreprise

Pour les consommateurs aussi :

particulier.png

Ou presque, car actuellement ce sont les marques qui prennent contact avec vous, on peut donc craindre l’effet SPAM qui viendrait ainsi balayer les aspects positifs pour les deux parties de part et d’autre de l’écran.

Certaines marques ce sont déjà lancées aux Etats-Unis principalement, mais aussi en France telle que Tom et Lara de Meetic. Et d’autres promettent de s’y mettre telle que Burger King (Eh non, le titre n’est pas pur produit de mon imagination). Si l’expérience est amusante, il reste encore des améliorations à mettre en oeuvre comme le manque occasionnel de naturel dans la conversation. Cela promet cependant de belles années à ce nouveau canal de la relation client. M.Zuckeberg a d’ailleurs annoncé en septembre dernier, la sortie d’une mise à jour de l’application Messenger permettant le paiement via ces chatbots et évidemment, ça ne fait que commencer.

A très bientôt,

Inès

Plus d’informations :

Quatre ans après WeChat, Facebook intègre le paiement direct via les bots sur Messenger – FrenchWeb

Plus qu’une mode, les chatbots sont là pour durer

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s